Accueil / Arts de la scène / Un passage à la 29ème Bourse Rideau

Un passage à la 29ème Bourse Rideau

Photo Courtoisie
Photo Courtoisie

Quelques chiffres sur ce que représente le plus important rendez-vous francophone des professionnels des arts de la scène en Amérique : 1200 participants sur 5 jours, 170 organismes et réseaux de diffusion qui assurent la programmation en arts de la scène de plus de 350 salles de spectacles et festivals au Québec et en francophonie canadienne.

L’ouverture s’est faite en beauté dimanche dernier avec Zogma, collectif de folklore urbain, qui présentait Cube, leur première création in situ. Quatre hommes (interprètes/ percussionnistes) invitent le public à s’approcher et à entrer dans leur « ring ». Très inclusif, ils nous rapprochent toujours plus près de leurs mouvements en transformant leur espace petit à petit. Happé s rapidement dans leur univers, c’est avec une superbe complicité qu’ils nous transportent dans une chorégraphie rythmée percussive presque circassienne.

West Trainz a lui clôturé la soirée en beauté partageant avec le public un road trip musical parfaitement exaltant accompagné de ses instruments-sculptures qui font penser à une machinerie de trains. Ce spectacle multimédia nous fait voyager à travers le monde laissant Eric West Milette et ses acolytes le soin de nous faire découvrir ses créations musicales issues de ses nombreux périples.

Après cela, une navette emmène les participants dans plusieurs lieux culturels de la ville de Québec et selon les attentes, les choix de chacun, le public va pouvoir voir du théâtre, de la musique etc. Pour ma part, je me dirige vers le Musée de la Civilisation pour voir le spectacle Attentats, une production du Théâtre [mo]. Ce spectacle de résistance verbale est un doux moment de poésie engagée. Revendicateur mais emprunt d’humour et de légèreté, il garde le spectateur toujours en haleine. Il suscite même sa participation à plusieurs reprises lui faisant par exemple répéter des extraits de poèmes à voix haute, s’adresser directement à une personne. La mise en scène est simple mais efficace, bûches de bois, fausse neige, sac d’épicerie, on porte de ce fait plus attention à la verve des artistes sur scène et la mise en valeur de ces poèmes québécois.

Il est 21h30 en sortant de cette pièce et on nous emmène vers L’Impérial, vitrine musicale cette fois-ci, où nous attendent Gabriela, Shauit et Coco Méliès. J’ai été ravie d’en faire la découverte avec un coup de cœur pour Shauit qui intègre reggae, hip hop et rap au répertoire de la musique populaire innue.

Pour les plus courageux, il existe ensuite un parcours de nuit (de 23h à 3h). Le Cercle ou encore le Pantoum, sont investis par des soirées multidisciplinaires pour promouvoir plusieurs groupes et artistes souvent un peu plus « underground ».

Si vous avez l’occasion de participer à Rideau, vous verrez comme c’est exaltant de faire partie de ce bouillonnement culturel. Une grande partie des vitrines sont ouvertes au public et je vous invite à regarder le programme en ligne. Alors alors, à l’année prochaine pour une nouvelle Bourse Rideau !

Cœur de mailles