Accueil / 2013 – Vol. 7 No 1 / Quand le cinéma devient immersif

Quand le cinéma devient immersif

Photo Eric JORIS
Photo Eric JORIS

MOIS MULTI 14

 

Bousculant les codes cinématographiques traditionnels, le cinéma devient immersif. Les environnements sensoriels développés depuis une dizaine d’années par le collectif belge CREW plongent le spectateur au cœur d’un univers virtuel qu’il peut explorer librement. C’est dans le cadre de la dernière édition du Mois Multi que la compagnie bruxelloise a été invitée à Québec pour présenter C.A.P.E., offrant du coup au public de nouvelles manières d’expérimenter la fiction et le réel, l’espace et le temps.

C.A.P.E., qui signifie Computer Automatic Personal Environment, est un dispositif mobile et individuel, un film 3D où le visiteur se promène entouré d’un environnement sonore. L’homme derrière le projet est Eric Joris, artiste et directeur artistique de CREW. Il a créé ce nouveau médium en étroite collaboration avec l’Université de Hasselt. C’est d’ailleurs cette association qui est mise de l’avant par la directrice générale du collectif, Hilde Teuchies, lorsqu’elle parle du dispositif en question. « En général, les artistes vont vers les scientifiques avec une question bien spécifique. Ici, ce n’est pas du tout ça : C.A.P.E. se situe entre la science et l’art. C’est avant tout un travail organique entre les ingénieurs et l’artiste », explique-t-elle.

À Québec, munis de lunettes vidéo, d’écouteurs et d’un ordinateur portable contrôlant les images vues, les participants de la dernière édition du Mois Multi ont pu prendre part à C.A.P.E. Brussels. Ils ont, pour ainsi dire, été téléportés à Bruxelles le temps d’une visite insolite en compagnie d’un guide interagissant avec eux au point de les toucher. Une deuxième promenade était offerte avec C.A.P.E. Tohoku, plongeant cette fois le spectateur sur les traces du tsunami de 2010 au Japon. Cette deuxième proposition constitue une tout autre approche, où le dispositif devient l’outil d’une nouvelle forme de documentaire. « C’est ce qu’on appelle le do documentary, parce qu’on est en plein là-dedans », précise madame Teuchies.

C’est grâce à Viviane Paradis, directrice artistique du Mois Multi 14, que CREW s’est retrouvé à Québec avec ses vidéos omnidirectionnelles. L’évènement rassemblait cette année des œuvres sous le thème de l’espace. Il y a quelques années déjà, Viviane Paradis avait décelé l’unicité et la finesse des travaux du collectif. « Ce que je recherche souvent dans l’expérimentation technologique en art, c’est lorsqu’on arrive à transcender le dispositif. Avec C.A.P.E. Tohoku, j’ai été transportée complètement ailleurs, et c’est ce qui m’a beaucoup touchée dans ce projet-là », affirme madame Paradis.

Quelque 130 personnes ont pris part aux expérimentations de CREW du 31 janvier au 3 février derniers, dans les halls de Méduse et du Musée national des beaux-arts du Québec. Il s’agissait d’une première nord-américaine pour le collectif, qui tend à pousser ses limites à l’extrême en développant de nouvelles formes de performance. Il redéfinit également le théâtre par l’entremise des technologies immersives. C’est à se demander si ce qui émanera de ces recherches répondra toujours à l’appellation de « théâtre » et de « cinéma ». Jusqu’où nous mèneront ces nouveaux dispositifs?

 

www.crewonline.org
www.moismulti.org

Photos Isabel RANCIER
Photos Isabel RANCIER
Cœur de mailles