Accueil / 2016 - Vol. 10 No 1 / Derrière la caméra

Derrière la caméra

 

Photos ECTQ
Photos ECTQ

Partenariat affaires : École de cinéma et télévision de Québec (ECTQ)

Vous êtes au cinéma, le générique défile. Derrière vous, quelqu’un s’étonne de la quantité de noms à l’écran.

Vous pourriez vous retourner, lui expliquer que s’il y a un récit, une histoire, le film a bien été écrit par un auteur. La caméra, quelqu’un doit l’avoir manipulée, branchée, déplacée. Pour capter l’image, le caméraman a eu besoin de lumière, n’est-ce pas? Une autre personne a bien dû les positionner, les brancher et les faire fonctionner, ces projecteurs. Et pour qu’ils éclairent, ça a nécessité de l’énergie, non? Lorsqu’ils ont tourné cette scène, aux fins fonds du bois, quelqu’un s’est arrangé pour apporter de l’électricité, et la distribuer.

Chacun de ces artisans a accompli une multitude de tâches nécessaires, complexes, sans lesquelles la présence même des acteurs serait vaine. Ce sont des professionnels compétents qui connaissent leur métier. Ils ne sont pas nés techniciens d’éclairage, opérateurs de caméra ou scénaristes; on leur a enseigné, on les a formés, puis ils ont pratiqué.

L’École de Cinéma et Télévision de Québec est la seule école de la région de Québec à offrir des formations dans le domaine du cinéma, et propose cinq programmes préparés et délivrés par des professionnels du milieu (acteurs et actrices, caméra et lumière, scénarisation, réalisation cinéma et montage vidéo). Chaque programme, d’une durée de cinq mois, occupe les étudiants à temps plein, et propose 80 % de travail pratique.

Ce catalyseur de carrière unique, en fonction depuis maintenant douze ans, enrichit le milieu d’environ 80 finissants chaque année, 700 depuis l’ouverture en 2004. Annuellement, une première cohorte débute en février, une seconde en août. L’approche pédagogique préconisée par la direction et le corps enseignant est axée sur le cinéma en général, et couvre non seulement le long métrage de fiction, mais aussi le documentaire, la vidéo corporative, la vidéo pour le web et le vidéoclip.

Pour poser sa candidature, le futur étudiant remplit un questionnaire, disponible sur le site web de l’école, dont les réponses permettent à la direction de mieux le connaître. S’ensuit une entrevue, durant laquelle on cerne ses objectifs de carrière pour, au besoin, lui recommander certains programmes. Les futurs actrices et acteurs doivent en surcroît se soumettre à une audition. L’école se fait rassurante : le processus d’admission n’a pas pour but de contingenter ses programmes, mais plutôt d’assurer aux étudiants qu’ils investiront leurs efforts dans la bonne discipline.

Le grand public n’est pas en reste. Des cours à distance sont déjà offerts, et des cours du soir seront disponibles dès l’automne 2016. L’école organise aussi des activités de découvertes, des partenariats avec de nombreux festivals et des ateliers gratuits qui ont pour mission de démystifier le cinéma, d’expliquer aux spectateurs des salles sombres qui se questionnent haut et fort, pourquoi il y a tant de noms au générique des films.

ectq.com

Cœur de mailles