Accueil / 2014 – Vol. 8 No 2 / Parole aux artistes

Parole aux artistes

Photo Jean-François Gravel
Photo Jean-François Gravel

Pierre-Olivier ROY, compositeur en musique d’art actuelle, création audio, réalisation

Mon mode d’expression, c’est la composition de musique nouvelle (contemporaine), l’art audio, la poésie, l’arrangement, le jeu instrumental et la réalisation. À travers mes créations, j’évoque une vision changeante du monde qui m’entoure. J’explore des gestes musicaux éthérés et des textures sonores fragiles qui, à peine esquissés, se dissipent pour en former d’autres. Je crée des œuvres instrumentales et électroacoustiques, je pluridisciplinarise avec des créateurs d’ici que j’admire. Je compose et j’interprète. Je fais aussi danser sur des musiques inspirées de différents folklores du monde. J’aime créer la trame sonore de mon époque telle que je la perçois.

Je suis toujours à la recherche d’une musique riche de poésie, de mouvements et d’images, empreinte de vitalité et de couilles; d’une scène culturelle vivante où les créateurs partagent et collaborent, où le public sait s’émerveiller. Ne soyons pas cynisme, notre époque est vertiges et non vestiges. J’ai un grand respect pour les gens qui se commettent !

Photo Jean-François Gravel
Photo Jean-François Gravel

Marie-Pierre BELLEROSE, Midnight Romeo

Le genre musical de Midnight Romeo, c’est le dance rock. On mélange les sonorités du dance et la « catchiness »
du pop avec l’énergie du rock. On s’inspire des paysages sonores qu’on retrouve dans la musique électronique et on livre le tout live, en gardant le côté cru et l’aspect « performance » propres au rock.

Le band étant composé d’enfants des années 1980, notre musique a son penchant kitscho-nostalgique, que nous assumons en traitant le tout avec une réalisation contemporaine. Souvent, nous composons un petit bout de musique qui fait naître une image, une ambiance ou même des personnages. C’est cet univers visuel qui nous inspire ensuite pour la suite de la chanson. Il faut croire que parfois, la musique passe par des hamburgers maléfiques assassins et des robots qui dansent dans le Far West au son des orchestral hits.

Pa pow pa pow pow !!!

Photo Maude Demers

Photo Maude Demers

Pascal Pico LAROUCHE, auteur-compositeur-interprète (ACI), musicien, conteur et poète

La scène, c’est la plus belle des drogues. Buzzante, addictive et sans conséquence sur la santé. Scénocoolique, je suis accro à mes moments de gloire de quartier et loin de moi la désintox du neuf à cinq.

Underground autogéré, je dois diversifier mes projets. C’est pourquoi, moi, grande-gueule professionnelle, j’œuvre dans l’animation, le conte, la chanson, la poésie, la musique et les spectacles d’ACI ou de bands. J’ai dû manquer de quelque chose quelque part. J’ai la boulimie de la parole et du langage. Partout où je vais, je tente d’entamer le dialogue. Je ne cherche jamais à me forger une image, sinon celle de l’authenticité et de l’intensité.

Mon statut précaire me permet de travailler dans plusieurs contextes et avec toute sorte de monde. J’ai toujours quelque chose à pratiquer. J’aime cet état constant de création. Être là où on ne m’attend pas. Offrir l’indéfinissable. Je ne suis pas en canne et je ne veux pas d’étiquette.

Photo Maude Demers
Photo Maude Demers

Jane EHRHARDT, Auteure-compositrice-interprète de chansons

J’ai une approche assez intuitive, quoique mon travail, sur une mélodie ou une suite d’accords, puisse parfois être très minutieux. Je veux créer des moments de surprise dans une chanson et emmener l’auditeur dans un endroit où il ne s’attendait pas nécessairement
à aller et où il aura envie de retourner.

Je trouve important que ma création soit enracinée dans le passé. Je pense que musicalement, nous sommes en train de digérer le 20e siècle au complet : il y a tellement de richesses là-dedans, on peut y puiser longtemps!

Les artistes se sont toujours demandé comment faire du nouveau. Comment se distinguer de tout ce qui a déjà été fait ? En cherchant notre propre voix, notre unicité, nous creusons dans les profondeurs de notre être. C’est difficile de ne pas s’y perdre, mais à force de creuser, nous finissons par trouver l’endroit où nous pouvons réellement nous connecter aux autres. C’est à partir de là que la création prend tout son sens.

Photo Pascal Huot
Photo Pascal Huot

Frédéric LEBRASSEUR, musicien, bruitiste, compositeur, interprète, acteur-musicien. Musiques scéniques, sur disque, pour films et installations.

Quel style de musique fais-tu? L’éternelle question! J’aime m’inspirer de plusieurs styles pour en faire autre chose. La musique est infinie et j’aime l’influence des cinéastes, danseurs, acrobates, auteurs, architectes, des arts visuels, de la nature, des sons de la ville…

J’aime travailler sur une pièce et la peaufiner pendant des mois, voire des années, mais je préfère, à l’inverse, enregistrer un album en improvisation. La plupart des gens veulent la précision et passent à cet effet des heures en studio. Mais la précision de quoi ? Parfois, en faisant une improvisation totale, l’émotion est simplement plus précise, ou du moins plus fraîche!

La musique, ce n’est pas seulement couplet, refrain, couplet… Si un extra-terrestre débarquait dans mon appartement, peut-être qu’il n’écouterait pas chanter Céline sur mon poste de radio, mais qu’il irait écouter ma laveuse à spin, car il y recevrait plus de vibrations ? Je préfère ma laveuse, elle est plus organique!

Photo Jean-François Gravel
Photo Jean-François Gravel

Virginie HAMEL, chanteuse de jazz

D’aussi loin que je me souvienne, la musique m’a toujours touchée de manière profonde. Aujourd’hui, je me retrouve à œuvrer à plein temps dans le milieu musical, comme chanteuse de jazz surtout, bien que mes horizons s’ouvrent aussi sur les musiques folk, country, blues, et bossa-nova…

Le jazz est pour moi une terre que je n’aurai jamais fini d’explorer, une musique dans laquelle je choisis d’exprimer une identité, une singularité, qui me pousse à avancer, à me questionner, qui me permet de faire des rencontres musicales ici et ailleurs, d’échanger avec d’autres artistes, d’aller à la rencontre des gens…

Je crois que c’est l’appréciation de ce processus qui nourrit les artistes et les pousse à persévérer; pour moi, c’est le voyage qui compte, plus que la destination. Je nous souhaiterais, comme société, de faire un peu plus de place à la diversité et à l’originalité des propositions musicales qui occupent le devant de la scène.

 

 

 

Cœur de mailles