Accueil / Arts visuels / Japon; l’influence d’une culture sur l’art occidentale

Japon; l’influence d’une culture sur l’art occidentale

Partenaire : Musée national des beaux-arts du Québec

Dans le courant des années 1850, après deux siècles d’isolement volontaire, le Japon signe les traités ouvrant ses voies maritimes à des activités marchandes avec les États-Unis, la France, la Russie et la Grande-Bretagne. En Occident, on assiste alors à un véritable engouement pour tout ce qui provient du pays du Soleil-Levant. Cette attirance pour la culture japonaise inspirera bientôt certains des plus importants artistes européens et américains de l’époque.

Ce renouveau artistique, appelé « japonisme » par le critique d’art parisien Philippe Burty en 1872, vient secouer les critères esthétiques de la population occidentale. Le phénomène joue alors un rôle fondamental dans l’évolution des principaux mouvements artistiques du moment tels que l’impressionnisme, le post-impressionnisme et l’art nouveau.

Rapidement, estampes, albums et objets divers importés du Japon abondent partout en Europe et en Amérique du Nord et font la joie des collectionneurs, des décorateurs et des artistes. Ces derniers, particulièrement les peintres français, cherchent à témoigner de leur ouverture à cette nationalité en intégrant à leurs compositions divers éléments tels les kimonos, les éventails, les lanternes, les ombrelles et les vases.

Aux États-Unis, des artistes décorateurs comme Louis Comfort Tiffany et les potiers du Newcomb College réinventent les formes et les motifs japonais, inspirés de la faune et de la flore, pour créer de nouveaux styles. Par la pureté de ses lignes, l’esthétique japonaise influence également le milieu de l’architecture et du design moderne, dont le travail de l’Autrichien Josef Hoffman.

Les estampes japonaises, appelées ukiyo-e, inspirent tout particulièrement les artistes. Se vendant sensiblement le même prix qu’un bol de riz au Japon, ces œuvres sont également très abordables en Occident lors de leur arrivée. Des estampes de maîtres tels qu’Utagawa Hiroshige et Katsushika Hokusai deviennent rapidement très recherchées. Réalisées à l’aide de blocs de bois et d’encres colorées, les ukiyo-e abordent des thèmes légers comme l’épanouissement des fleurs, les geishas ou encore le majestueux mont Fuji au fil des saisons, pour ne citer que ces exemples.

L’impressionniste Claude Monet possédait d’ailleurs une collection de plus de 200 estampes japonaises. Tout au long de sa carrière, elles servirent d’inspiration à sa peinture et à l’aménagement de ses jardins, à Giverny. Toujours ouverts au public, ces fameux jardins sont aujourd’hui le témoignage vivant de l’influence qu’exerça le Japon sur les artistes occidentaux.

L’exposition Inspiration Japon. Des impressionnistes aux modernes sera présentée en exclusivité canadienne du 11 juin au 25 septembre 2015 au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ). L’événement est organisé par le Museum of Fine Arts de Boston, en collaboration avec le MNBAQ. Près de 130 œuvres et objets seront exposés.

Cœur de mailles