Accueil / 2016 - Vol. 10 No 2 / La créativité d’abord

La créativité d’abord

La bibliothèque du Boisé à Ville Saint-Laurent, Montréal. Photo courtoisie Lemay
La bibliothèque du Boisé à Ville Saint-Laurent, Montréal. Photo courtoisie Lemay

Partenaire Affaires : Lemay

Grandes fenêtres, espaces multifonctionnels, ambiance modulable à volonté… Les bureaux de Lemay sur la rue Saint-Joseph sont à la fine pointe des tendances du secteur immobilier. En 2013, la fusion de la boite Eric Pelletier architectes et de Lemay promettait aux cinq associés de s’enraciner définitivement dans l’univers créatif de l’architecture.

Eric Pelletier a plus de 24 ans de métier; il n’en avait que trois lorsqu’il s’est lancé en affaires. Il doit la réussite de son entreprise au contexte économique des années ‘90, à de nombreux petits mandats résidentiels et commerciaux très formateurs, mais aussi aux concours d’architecture que son équipe et lui ont remportés. « Les concours sont intéressants, car malgré les efforts considérables qu’ils requierrent, ils nous permettent de pousser notre réflexion, ce qui nous fait avancer professionnellement. », confie-il. Sa carrière a connu un véritable virage lorsqu’il décrocha le contrat de la Grande bibliothèque nationale à Montréal (Patkau/Croft Pelletier/Gilles Guité). Ce projet a été suivi par le mandat de la Bibliothèque Paul-Aimé-Paiement à Charlesbourg (Croft Pelletier architectes) et de la Bibliothèque du Boisé à Ville Saint-Laurent, Montréal (Eric Pelletier architectes/CHA/LM), entre autres. Dans ces trois cas, les constructions ont remporté des prix prestigieux.

L’architecte s’intéresse aux projets qui prennent place dans l’espace public, accessibles à tous, qui stimulent les gens. Il travaille avant tout pour l’usager. « Je veux créer des projets rassembleurs. La valeur ajoutée de mon travail, je crois, est d’avoir une approche holistique » dit-il. « Aller au-delà de la commande. L’environnement, à la fois social et vert, la santé, la productivité… sont des préoccupations grandissantes. » Il construit ses projets en passant du macro au micro : la ville, la communauté, le groupe, l’individu, l’usager. Il se demande comment introduire de la qualité à chaque niveau. Il se réjouit de constater que nous commençons à mieux comprendre les notions de patrimoine. « Nous prenons conscience de l’importance de poser le bon geste : les nouveaux bâtiments sont le patrimoine de demain », affirme-t-il.

Depuis ses débuts, Eric Pelletier maintient une pratique plus culturelle et authentique. Il collabore même avec le Musée de la civilisation de Québec au design d’expositions.

À quoi rêve désormais cet architecte comblé? Il avoue qu’il aimerait travailler sur un lieu de culte, pour le côté minimaliste et solennel que l’espace demande, mais reconnait que ce genre de projet ne pleut pas. Dans la même veine, des projets de théâtre le tentent beaucoup : « J’aimerais travailler avec la notion d’anticipation, la transposition d’une émotion subtile à l’utilisateur. Il faut chercher la bonne adéquation; il y a un aspect très cinématographique dans ma démarche, du premier contact jusqu’à l’utilisation de l’espace. »

En 2015, Lemay à acquis le groupe IBI-DAA, positionnant ainsi la firme comme l’une des plus importantes au Canada.

lemay.qc.ca

Cœur de mailles