Accueil / 2014 – Vol. 8 No 1 / La bibliothèque de Québec : troisième lieu de vie

La bibliothèque de Québec : troisième lieu de vie

 

Courtoisie
Courtoisie

Samedi matin, 11 h. La nouvelle bibliothèque Monique-Corriveau, à Sainte-Foy, est animée de toutes parts. Ce qui frappe d’emblée lorsque nous y sommes, c’est l’espace, l’architecture et la fraîcheur des nouveaux lieux. Mais ce qui marque davantage, ce sont les gens qui s’approprient les trois étages pour lire, effectuer des recherches sur Internet, s’amuser avec les enfants ou encore discuter autour d’un café.

Les éclats de rire et les échanges à haute voix sont permis ici, mais le calme prédomine tout de même. En ce jour de congé, les salles de travail sont pratiquement toutes occupées par des étudiants. La salle informatique, la salle multi, les écrans de télévision, l’aire d’exposition, tout comme l’aire d’actualité, contribuent à rendre l’endroit invitant. Il y a aussi des jeunes qui jouent à des jeux vidéo, d’autres assis au café à l’entrée de la bibliothèque, muffin et livre à la main.

Il faut savoir que la bibliothèque Monique-Corriveau, nichée dans l’ancienne église Saint-Denys-du-Plateau sur la route de l’Église, est le tout premier jalon d’un grand projet aux multiples changements pour la Bibliothèque de Québec, qui comprend 22 bibliothèques d’arrondissement. Comme l’explique Caroline Trottier, conseillère en communication à la Ville de Québec, « la Bibliothèque s’est donné une vision pour changer, évoluer et se munir de nouveaux outils technologiques. »

Les initiatives et les souhaits à Québec ne sont pas étrangers à ce qui se passe ailleurs dans le monde, où l’on assiste à une éclosion de bibliothèques d’un nouveau genre. Les pays pionniers en matière de bibliothéconomie, d’Europe du Nord ou de culture anglo-saxonne, représentent des exemples notoires où se déroule cette grande mutation qui redéfinit le concept de bibliothèque traditionnelle.

Cette révolution passe, entre autres, par le réaménagement de l’espace. Elle rend les bibliothèques plus virtuelles en mettant le livre numérique au cœur des développements technologiques. D’ici 2020, la Bibliothèque de Québec espère offrir plus de 30 000 livres numériques à sa clientèle. Elle vise aussi à offrir davantage d’espaces de rencontres pour les citoyens afin que la bibliothèque ne soit plus seulement un rayonnage rempli de livres.

Fait à noter : la première bibliothèque sans livres, entièrement numérique, a ouvert ses portes au Texas en 2013. « À Québec, ce sont d’abord et avant tout les collections, incluant les documents en ligne et multimédias, qui sont mises de l’avant », soutient madame Trottier. Elle résume que la Ville désire que ses bibliothèques fassent figure de troisième lieu comme le veut l’expression consacrée, c’est-à-dire des lieux attrayants et accessibles après le domicile et le lieu de travail. La bibliothèque Gabrielle-Roy, au centre-ville, et la bibliothèque Étienne-Parent, à Beauport, seront les prochaines à être rénovées selon ces principes.

Pour le moment, la bibliothèque Monique-Corriveau demeure la référence de ces nouveaux milieux à visiter. Elle nous oblige, par surcroît, à nous questionner sur notre conception même de la définition d’une bibliothèque.

BIBLIOTHEQUESDEQUEBEC.QC.CA 

Cœur de mailles