Accueil / 2014 – Vol. 8 No 2 / Festival western de St-Tite

Festival western de St-Tite

IL ÉTAIT UNE FOIS DES MILLIONS DE COWBOYS

/ par Jade THIBODEAU

« La force de ce festival est qu’il est populaire et authentique. Tout le monde est fier de porter son chapeau et ses bottes de cowboy, c’est la norme depuis 47 ans. Le succès de l’événement passe indéniablement par cette complicité des visiteurs, mais aussi et surtout par l’acharnement des organisateurs obstinés à rester fidèles à la culture country-western ».

La porte-parole du Festival western de St-Tite, Geneviève Frappier, poursuit en précisant que son organisation désire avant tout être la référence en ce qui concerne la production de rodéos et d’activités country-westerns dans l’est de l’Amérique du Nord. Avec ses 600 000 visiteurs en moyenne chaque année, l’événement a de toute évidence su se tailler une place de choix dans le cœur des personnes qui ont le country dans le sang. Le festival devrait d’ailleurs franchir le cap des 14 millions de festivaliers cette année.

Celui qui a mis les pieds à Saint-Tite sait à quel point la présentation de rodéos professionnels contribue à forger l’ambiance et la réputation internationale du Festival. Les concurrents viennent du Québec, de l’Ouest canadien, des États-Unis ou encore du sol européen. La place de la danse country occupe également un schème semblable : les meilleurs danseurs du milieu s’y donnent rendez-vous pour s’exécuter pendant que les amateurs et les spectateurs sont là pour s’amuser.

Côté musique, plusieurs icônes tels Kenny Rogers ou Alan Jackson ont brûlé les planches de ce lieu où l’on voit des chapeaux de cowboy sur toutes les têtes. Les figures de la country francophone comme Paul Daraîche, Renée Martel, Gildor Roy, Patrick Norman, Roch Voisine ou encore feu Georges Hamel sont tous des habitués qui ont fait de Saint-Tite, à un moment ou un autre, un gros party à ciel ouvert.

Parmi les moments mythiques, nul doute que les vieux de la vieille parleront de l’année 1984 où Johnny Cash fut la grande vedette du Festival. « L’un de nos défis est d’arriver à se renouveler constamment en gardant notre thématique country. Et c’est primordial pour nous de rester bien campés dans ce créneau », rappelle madame Frappier, qui trouverait inconcevable de déroger à cette règle en invitant, par exemple, des artistes qui n’ont rien à voir avec le country-western.

Sachant que Saint-Tite, le village hôte, compte près de 4 000 habitants seulement, cela représente du côté organisationnel un tour de force en soi pour l’équipe du Festival année après année. Mais, au fil du temps, le rendez-vous est devenu l’affaire de tout un chacun. La population se mobilise en louant des chambres et des espaces de terrains pour les campeurs. Pendant 10 jours, Saint-Tite se métamorphose et les échos se font sentir dans la MRC de Mékinac et dans l’ensemble de la région de la Mauricie.

Outre les motorisés s’étendant à perte de vue, il y a aussi l’image de la foule compacte qui est phénoménale. Le bétail, les vendeurs, les défilés, les mariages westerns organisés, les jeux de carnaval, les jeux gonflables et les tours de poney pour les enfants contribuent aussi à forger l’identité du Festival, qui est né en 1968 d’un regroupement de commerçants de Saint-Tite dont faisait partie l’actuel maire du village, André Léveillé. Avec ses 630 bénévoles, sa quinzaine d’employés permanents et sa centaine d’autres qui prêteront main-forte pendant les festivités, les préparatifs pour le prochain rassemblement battent leur plein.

Bien que la culture country-western demeure ambigüe dans le paysage culturel québécois en portant l’étiquette d’un genre populaire ou encore marginal, l’engouement vécu à Saint-Tite témoigne de l’ampleur grandissante du phénomène. Et à en croire l’expansion du Festival et les stratégies qu’on y développe pour maintenir sa popularité, l’équipe derrière tout ça l’a très bien compris et sait l’exploiter.

« Conclusion : venez donc à Saint-Tite pour avoir du plaisir et vivre au rythme des cowboys, tout simplement! » Voilà les derniers mots de madame Frappier qui, avec son cœur, arrive sans doute à convaincre bien des gens qu’il s’agit du plus beau rassemblement du monde. Du moment que ceux-ci rêvent de liberté, de courage et de prairies qui s’étendent à perte de vue.

Notons que la programmation de la 47e édition du Festival western de St-Tite est dévoilée le 11 juin prochain. Les festivités se dérouleront aux quatre coins du village du 5 au 14 septembre 2014.

festivalwestern.com

Cœur de mailles