Expo

 

Quelques pièces de l'installation Cités intérieures qui étaient présentées à la Maison de la culture Côte-des-Neiges (Montréal) dans le cadre de l'exposition collective Le monde en chantier: Architectures fictives..., du 20 juin au 30 août 2015. Photo Maude DEMERS
Quelques pièces de l’installation
Cités intérieures qui étaient présentées à la Maison de la culture Côte-des-Neiges (Montréal) dans le cadre de l’exposition collective Le monde en chantier: Architectures fictives…, du 20 juin au 30 août 2015. Photo Maude DEMERS

Partant d’objets trouvés, accumulés, déconstruits puis réassemblés, Laurent Gagnon crée des œuvres à la fois très différentes mais relevant des mêmes idées : l’obsolescence programmée, la nature sauvage dans l’univers normé de la ville ou encore du passage de l’intérieur vers l’extérieur et vice-versa.

Dans son installation Mèches noires, présentée dans le cadre des Passages insolites (été 2014), il s’agissait de branches de cèdres tortueuses entièrement recouvertes de morceaux de pneus, qui surgissaient des fenêtres un peu à l’image de tentacules fantasmées.

Laurent Gagnon a travaillé aussi à partir de morceaux de plastique pour l’œuvre Le mirage, qui était exposée à l’aéroport des Îles de la Madeleine, dans le cadre des expositions Colis suspects (été 2015). L’artiste présentait La clé du paysage, oeuvre qui s’appuie cette fois sur une collection de clés, exposée au centre d’art Vaste et vague à Carleton (été 2015). Très actif en ce début d’année 2016, voyez sa page Facebook pour en savoir davanatage sur ses activités.

facebook.com/laurentgagnonsculptures

Cœur de mailles