Édito

Image ci-haut : La chute du piano, un spectacle entre littérature, danse et musique contemporaine. Sur la photo: le chanteur et compositeur Nicolas Jobin projeté sur la scénographie. Photo Productions Rhizome
Image ci-haut : La chute du piano, un spectacle entre littérature, danse et musique contemporaine. Sur la photo: le chanteur et compositeur Nicolas Jobin projeté sur la scénographie. Photo Productions Rhizome

POURQUOI
« HORS DU LIVRE? »

Quand nous pensons à la littérature, nous pensons aux livres. Mais pour combien de temps encore?

Historiquement, l’impression est un procédé plutôt récent; de l’apparition de l’écriture, quelques dix siècles avant J.C., l’imprimerie est entrée dans la course il y a à peu près 600 ans. La littérature est à ce point associée à l’encre et à son support que le livre a évincé la tradition orale.

Aujourd’hui, un autre bouleversement est en train de se produire, celui du virage numérique. C’est un sujet encore chaud, qui fera couler beaucoup d’encre.

Pourtant, la littérature emprunte toutes sortes de voies. Des méthodes traditionnelles, comme le conte, le mélange des disciplines est maintenant de plus en plus fréquent, ce qui permet à la littérature de s’inviter dans d’autres types de manifestations, que ce soit sonores, théâtrales, installatives ou publiques. La littérature est un monde fascinant aux possibilités infinies : il y en a pour tous les goûts.

Partant de l’idée du virage numérique du monde de l’édition, BAZZART en est arrivé au thème plus global « Hors du livre ». La littérature prend des formes beaucoup plus vastes que le simple phénomène du blog ; spectacles, installations, performances artistiques et bien sûr, numérique. L’art emprunte toutes sortes de chemins pour arriver à émouvoir et à toucher sa cible.

Voici un petit survol de ce que la scène littéraire de Québec peut vous offrir.

 

Cœur de mailles