Accueil / 2014 - Vol. 8 No 4 / Quatre folles du tricot

Quatre folles du tricot

Photos Colifichet
Photos Colifichet

Partenaire : Collectif Colifichet

Elles sont quatre et font du tricot dans le Collectif Colifichet : Marie-Michèle B. Lemaire, Dominique Savoie, Marie-Eve Gagnon et Marie-France Tremblay. Le maire Régis Labeaume les a déjà traitées de folles devant public. De l’humour à vérifier…

Dominique Savoie et Marie-Eve Gagnon, rencontrées toutes deux dans un café de Saint-Roch, représentent le type de filles qu’on aime d’emblée : sympas, sans prétention, articulées et quand même discrètes. Le genre à fabriquer depuis des années les couronnes de la Revengeance des duchesses plutôt qu’à les porter sur scène; vous voyez le portrait?

Elles rient aussi beaucoup, pas trop toutefois. Juste assez pour nous donner le goût pendant un moment de tricoter en gang, bien souvent dans l’atelier de Marie-France, des objets alliant art et métiers d’art : « Nous sommes d’abord des amies. Dans une vie de plus en plus organisée, ça fait du bien de décrocher et de concrétiser des projets que nous ne créerions peut-être pas individuellement », relate Marie-Eve Gagnon.

À huit mains, Colifichet a donc réalisé depuis 2009 bons nombres de petites et de grandes créations à grands coups de broches, de crochets et de machines à tricoter. Parmi les classiques du collectif, il y a le festin de Noël tricoté au Salon Nouveau Genre 6, comprenant dinde, nappe, assiettes, ustensiles, verres, chandelles et plats de laine. La volaille a notamment été exposée à la Vitrine de la Maison des métiers d’art de Québec en 2013.

Le téléphone tricoté dans le Parc Saint-Roch lors de l’exposition Arbres d’avril 2013 a fait aussi jaser. Copie intégrale d’un téléphone public, l’objet à l’angle des rues de la Couronne et Sainte-Hélène est passé au stade de la légende urbaine le jour où il a été volé sur son lieu d’exposition. Les filles de Colifichet espèrent toujours un signe du ravisseur. Dossier à suivre entre deux tricots.

La palme d’or des aventures pour les créatrices, du moins celle dont l’écho a été entendu le plus loin, revient toutefois à la confection du sosie du maire de Québec Régis Labeaume, soit une sculpture tricotée grandeur nature. Dominique Savoie et Marie-Eve Gagnon se rappellent des heures non chiffrées et passées à tricoter l’habit bleu, du dévoilement dans le jardin Saint-Roch ou encore de cette drôle de rencontre médiatisée entre le maire et son sosie de laine : « Je félicite les filles qui ont fait ça, elles sont vraiment folles! ».

Sachant qu’un colifichet est un petit objet de fantaisie, de peu de valeur et de mauvais goût, le nom choisi par le groupe peut, en effet, refléter une certaine bizarrerie de la part de ces tricoteuses détenant des formations et travaillant dans les domaines des arts textiles et des arts visuels. Mais, il rappelle surtout le fait de créer en harmonie sans se prendre trop la tête. « Pour nous, c’est le plaisir avant tout », résume bien Dominique Savoie.

colifichetobjets.blogspot.ca

Cœur de mailles