Accueil / 2015 - Vol. 9 No 1 / Qu’est-ce que le spectacle littéraire?

Qu’est-ce que le spectacle littéraire?

Marie Gilbert, artiste multidisciplinaire. Photo Abella Photos
Marie Gilbert, artiste multidisciplinaire. Photo Abella Photos

Manifestations littéraires

Les manifestations littéraires sont nombreuses et il est surtout facile de s’y perdre. Entre les spectacles et les autres démonstrations publiques, il existe un continuum infini d’évènements. Comment cerner le sujet dudit spectacle littéraire? Rien de mieux que d’illustrer cette discipline éclectique à l’aide d’exemples concrets. BAZZART est allé à la rencontre de trois artistes de Québec qui s’expriment… littérairement hors du livre. (Somme toute, le terme « spectacle littéraire » est très impopulaire auprès de nos trois artistes; nous l’avons donc troqué pour « manifestations littéraires ».)

Arthy, le robot

Arthy est un robot passionné d’art. Nous pourrions même dire que c’est un artiste chevronné… Tellement que tout ce qu’il touche se transforme en chef d’œuvre! Motivé par le désir de sortir la littérature du livre et par la démocratisation de cette passion, Arthy organise des soirées où il reçoit des invités. Lors de ces soirées, il offre des performances qui marient la littérature aux arts multidisciplinaires (voir page 16). Bien qu’Arthy soit un personnage hautain et parfois condescendant à l’égard des artistes, il attire les foules curieuses, intriguées de le voir à l’œuvre.

Comment ça marche? Une scène. Arthy. Un artiste invité. Des spectateurs. Au fil des mots, l’artiste se laisse guider par les directives d’Arthy. Le but du robot est de sortir l’artiste de sa zone de confort. C’est ainsi qu’un poète sera amené à s’exprimer par la peinture, par exemple, ou un peintre, par la poésie. Arthy pose des questions et il est sans pitié. En fonction des réponses de l’artiste, des textes en arborescence défilent. Arthy ne contrôle pas toujours ce qu’il dit, c’est ainsi qu’il passe de la présentation d’une sérieuse théorie au cabotinage. Une question, une réponse. Et un « chef d’œuvre » est en train de se créer. L’expérience, en direct et stimulante, est apparemment déstabilisante : l’artiste se démène, puis vient une blague, question de détendre l’atmosphère, puis un autre texte. Arthy s’amuse et vous emmène dans le processus de création d’une… création, dont il s’appropriera le succès, sans aucune hésitation.

Certains voient en Arthy une parodie du monde artistique et de ses multiples paradoxes. Le cynisme du robot ne devrait pas vous laisser indifférent… et pourrait peut-être transformer votre vision de l’art. Parce que si Arthy se plaît à jouer avec les artistes, il aime aussi faire réfléchir les spectateurs.

Arthy est l’enfant chéri du collectif Finlarmoiement.

Marie Gilbert, conteuse de papier

Marie Gilbert est une artiste multidisciplinaire qui aime jouer avec les mots et le papier. Avec sa formation initiale en arts visuels, son désir d’aller à la rencontre du public la mène, pas à pas, mot à mot, vers les arts littéraires. Sans prétention, curieuse, elle se lance en 2007 dans la création de fanzines, des livres qu’elle fait à la main avec Olivier Bhérer-Vidal. Ils créent du même coup le duo Les Raboussiers. Leurs fanzines ont un succès instantané et le duo s’envole pour différents pays d’Europe (Belgique, France, Finlande, etc.). Depuis, la passion de Marie Gilbert pour les mots ne cesse de croître.

L’artiste a eu la chance de se produire sur scène à l’occasion de divers festivals, notamment Québec en toutes lettres et le Mois de la poésie, avec des spectacles qui sont à mi-chemin entre le spectacle littéraire et le conte. Sur scène, Marie Gilbert raconte des histoires inspirées des moments de son quotidien sur un ton naturel, loin du ton théâtral. Elle ajoute une touche de fiction et de merveilleux pour que le spectateur ne sache plus faire la distinction entre ce qui est vrai et ce qui est faux. Elle aborde des thèmes sensibles tels que l’Alzheimer, la perte, la disparition d’un amour, et elle y ajoute une légère touche d’humour.

Comme prochain défi, Marie Gilbert aspire à créer ses contes oralement, sans support écrit. Bien qu’elle adore écrire, elle souhaite se libérer du texte pour ne garder que la trame de l’histoire et entrer dans le conte avec plus de spontanéité. Marie Gilbert aime s’accompagner de décors simples, rudimentaires et elle travaille beaucoup avec – devinez quoi – le papier!

Désireuse de vous raconter d’autres histoires, elle veut donner une plus grande place à la scène dans les temps prochains. Surveillez-la!

MADEMOISELLERIES.BLOGSPOT.CA

Katy Roy et la « lecture aux petits soins »

Et si la santé passait par la lecture? Et si l’imaginaire et l’univers symbolique étaient un remède contre les problèmes de santé mentale ou même physique? C’est ce que pense Katy Roy, formée en littérature à l’Université Laval. Son désir de « sortir la poésie d’un recueil, de la donner à voir, à entendre » et celui d’être en relation avec l’être humain et de l’aider à mieux vivre l’ont amenée à faire le lien entre la littérature et la santé. Ces deux passions ont donné lieu à La Bibliothèque Apothicaire.

La Bibliothèque Apothicaire est en réalité une bibliothèque itinérante qui se déplace dans les milieux de vie et de travail, ainsi que dans les espaces publics, pour offrir des rencontres individuelles et des ateliers de groupe. Dans tous les lieux qu’elle visite, Katy Roy aménage un coin de lecture où chaque détail est pensé : des chaises en bois, un voile pour feutrer cet univers, une bibliothèque… et le service du thé. À partir des confidences des gens, l’artiste choisit un texte dans sa bibliothèque – un conte, une histoire, un poème, etc. –, qu’elle lira à voix haute. Le temps s’arrête. La lecture à voix haute et le pouvoir de l’imaginaire et du symbole font écho à nos perceptions, nos représentations, nos sensations. C’est à partir de cela que travaille cette « thérapeute ». Une prescription de lecture s’en suivra.

« Qu’est-ce qui attire mon attention dans un texte lu et quelle émotion me fait-il ressentir? Comment la lecture d’un texte, plus particulièrement d’une histoire, d’un conte ou d’un poème, me permet-elle une lecture de moi-même? Comment la littérature et l’imaginaire, celui déployé dans un texte et le mien propre, peuvent-ils m’aider à mieux vivre? » Voilà des exemples de questions qui sont à la base de La Bibliothèque Apothicaire.

Pour madame Roy, la lecture vivante est « une façon de faire ressortir la poésie de notre vie, de cueillir la poésie dans notre vécu ».

Grâce à son projet novateur et fascinant, elle a été lauréate du Concours québécois en entrepreneuriat 2013. Son œuvre littéraire vivante se décline en plusieurs axes. Après plusieurs années d’expérience, Katy Roy se lance maintenant dans le domaine de la santé et dans le développement de services aux entreprises. Elle a par ailleurs « un projet en cours à l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec, qui donnera lieu à une exposition de poèmes et de photos, dont le vernissage se tiendra le 26 mars 2015 de 16 h 30 à 18 h 30, dans le cadre du Mois de la poésie, », souffle-t-elle. Un moment idéal pour faire sa connaissance!

labibliothequeapothicaire.com

Photo Courtoisie Finlarmoiement
Photo Courtoisie Finlarmoiement
Cœur de mailles