Accueil / 2011 – Vol. 5 No 4 / Cher père noël

Cher père noël

Courtoisie
Courtoisie

Chronique

/par Cristina Moscini

Le feu brûle dans la cheminée. Dehors, les flocons dégringolent et terminent leur danse sur le lit moelleux et scintillant de Blanche Neige. Maman Noël tricote on ne sait pas quoi, et l’homme, à sa table, lit. Serait-ce le bourbon qui lui rosit les joues et qui dessine une grimace dans sa longue barbe ? Non, c’est le contenu de cette lettre :

29 novembre 2011

Pôle Nord

Latitude 90o Nord

Cher Monsieur Noël,

Nous avons consulté votre dossier et nous considérons qu’il n’est désormais plus nécessaire de renouveler vos fonctions. Dû à des changements mondiaux dans les dernières décennies, nous ne sommes plus en mesure de fournir des subventions visant à offrir des cadeaux aux titulaires de 0 à 12 ans. L’absence de ristourne sur la distribution annuelle de produits à usage temporaire – jouets – ne corrobore plus à l’image de notre compagnie. Il est aussi à noter que votre absence de discernement à savoir qui a été sage ou non, a permis au fil des années de créer un déséquilibre de société. En récompensant ceux qui ne le méritaient pas autant que ceux qui le méritaient, selon le Protocole de Sagesse infantile établi, nous avons remarqué une perte de foi en un système arbitraire. Une perte de foi en la justice.

Conséquemment, vous êtes démis de vos fonctions de bienfaiteur. Toutefois, vous demeurez en poste jusqu’à la fin de l’année. Voici votre travail pour la saison des fêtes 2011 : non seulement vous n’offrirez plus de cadeaux aux 0 à 12 ans, mais vous irez récupérer une équivalence de valeur des présents offerts aux non méritants des 40 dernières années. Les individus n’étant pas en mesure de rembourser soit en argent, meubles, hypothèque, actions ou titres, recevront une sanction égale à la valeur non retournée. C’est pourquoi, après s’être assuré qu’ils ne recevront « arien », veillez à ce qu’ils ne puissent plus jamais se retrouver sous le gui à côté d’une personne agréable, qu’ils ne puissent plus jamais manger de « tites sandwiches pas de croûte » à matante Lise, et de ne plus finir « ben » chaud le ventre plein en jouant à la « patate dans le bas de nylon » avec la famille. Car après tout, c’est ça le temps des Fêtes !

En vous souhaitant un agréable temps des fêtes,

La Régie des Coutumes & Fêtes commerciales
A/S Département des Finances

N.D.L.R. Avant d’avoir peur de 2012, craignez davantage de ne pas avoir été sages ces derniers temps, la punition approche.
Elle s’appelle Père Justice. Joyeux Noël, les vilains !

Cœur de mailles