Accueil / 2007 – Vol. 1 No 2 / Boucler la boucle!

Boucler la boucle!

Photo Courtoisie
Photo Courtoisie

Édito

Et voici maintenant la suite logique du projet Bazzart! Après un premier numéro
sur le VJ·ing et la musique électron-ique, nous abordons aujourd’hui un thème qui contraste avec celui de son aîné à tous les égards. Bazzart se positionne en s’affichant polyvalent. C’est ainsi que nous posons notre marque et que nous montrons notre capacité à nous adapter aux tendances autant qu’à l’actualité des gens d’ici. La culture, c’est le passé, le présent et le futur!

Dans le premier numéro, nous avons traité d’art urbain : nouvelles technologies, orientation artistique tournée vers l’avenir, mutation constante… Cette tendance urbaine est l’outil de nouvelles explorations sensorielles. À l’opposé, l’œuvre classique est créée dans la perspective de façonner un chef d’œuvre aux harmonies parfaites qui perdurera dans le temps, immuable. Les œuvres gréco-romaines dont s’inspirent les artistes du classicisme ont mérité notre admiration justement parce qu’elles ont une longévité inégalée. Ces œuvres répandaient des idéaux d’harmonie et de sérénité. Bazzart « boucle la boucle », comme on dit, en allant d’un extrême à l’autre.

Le terme classique puise dans un univers riche en histoire. Ce mot à lui seul évoque une multitude d’idées plus ou moins complexes, de l’expression de la banalité – bah… c’est classique! – à la plus grande qualité artistique – c’est un grand classique! On le retrouve partout, omniprésent dans notre langage, mais aussi dans notre quotidien : dans l’architecture, la musique, les livres, sur les toiles… Une sorte de mot-caméléon.

Tout comme la période du classicisme, Bazzart s’appuie sur des bases solides. Solides parce que les convictions à la base du projet sont bien ancrées au cœur de l’équipe qui gravite autour du projet. Et tout comme cette riche période qui a laissé une marque profonde, Bazzart prend forme dans l’épuration ainsi que dans l’équilibre, notion centrale pour couvrir ce qui grouille à Québec, culturellement parlant. Concrètement, il s’agit de l’union de l’art et du naturel.

Sur ces mots, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture!

Cœur de mailles