Accueil / 2014 - Vol. 8 No 4 / Biennale internationale du lin de Portneuf

Biennale internationale du lin de Portneuf

LES ARTS CONTEMPORAINS À L’HONNEUR

/ par Claire GOUTIER

Que font des enseignants, des artistes et des gestionnaires lorsqu’ils se retrouvent autour d’un souper entre amis? Ils inventent des évènements artistiques! C’est ainsi qu’en 2003, la Biennale internationale du Lin de Portneuf (BILP) est née. La première série d’expositions a eu lieu en 2005. Et en 2015, ce sera déjà la 6e édition.

La BILP rassemble, le temps d’une saison estivale, plusieurs œuvres en quelques expositions importantes sous une même thématique. Jouant sur les frontières entre les disciplines, l’événement invite des créateurs de diverses provenances, associés à différents champs de pratique, à créer des œuvres inédites dans un contexte particulier. En effet, en plus de répondre au thème proposé par les commissaires, les artistes doivent tenir compte des lieux d’expositions non conventionnels dans lesquels les œuvres seront installées et… et élaborer des concepts liés au lin.

L’âme de la BILP est effectivement le lien sensible qu’elle entretient avec le lin. « La culture du lin et sa transformation selon les méthodes traditionnelles sont inscrites dans l’histoire des villages de la vallée du Saint-Laurent, d’où la pertinence d’utiliser cette matière comme fil conducteur de l’événement ancré dans le territoire portneuvois », écrit Dominique Roy, directrice générale de l’organisme.

« Les membres fondateurs de la BILP se sont inspirés inspirés de pratiques ayant cours en Europe en ce qui a trait à la présentation d’expositions dans les lieux patrimoniaux. Toutes les infrastructures étaient déjà en place, par exemple le Moulin De La Chevrotière et le Vieux presbytère à Deschambault, et le Moulin Marcoux à Pont-Rouge », renchérit-elle. « Mais les lieux varient à chaque édition. En 2015, les expositions auront lieu autour de deux pôles principaux, soit Deschambault-Grondines et Saint-Raymond-de-Portneuf. L’objectif est de dynamiser le milieu artistique et culturel portneuvois tout en mettant en valeur les lieux patrimoniaux de la région. » La BILP veille aussi à sensibiliser les gens et les amener à s’intéresser à l’art contemporain. À cet effet, elle a présenté au fil des ans des expositions et activités culturelles dans 11 des 18 municipalités de la région.

La BILP jouit d’un rayonnement enviable. Elle attire en moyenne près de 20 000 personnes. Son public est composé majoritairement de résidents de la région de la Capitale-Nationale et de la région de Portneuf, en plus des visiteurs québécois qui empruntent la route Québec-Montréal.

Depuis la première BILP, l’embauche de commissaires chevronnés a permis d’assurer la présentation de programmations de grande qualité. Lallie Douglas et Barbara Wisnoski assumeront conjointement le commissariat des expositions de la sixième biennale. Regroupées sous la thématique générale Métier et Mérite (Work and Worth), les deux expositions de « la sixième édition de la BILP invite les créateurs, aussi bien que les observateurs, à questionner, voire à reconsidérer la notion de travail, qu’il soit artistique ou autre, ainsi que la valeur qu’on lui accorde », peut-on lire dans un document fourni à BAZZART. Nous aurons d’ailleurs le plaisir de vous en reparler dans notre numéro d’été 2015. En attendant, vous pouvez rester informé en visitant leur blogue créé spécialement pour cette prochaine édition.

Site Internet officiel : biennaledulin.ca

Blogue de l’édition 2015 : biennaledulin.com

Flax Field. 2011. Lyndal Osborne, avec la collaboration de John Freeman. 2000 violettes de 5 x 5 pouces (vinyle) sur un terrain de 25 x 100 pieds, à côté du presbytère de Deschambault. Photo David VACHON
Flax Field. 2011.
Lyndal Osborne, avec la collaboration de John Freeman. 2000 violettes de 5 x 5 pouces (vinyle) sur un terrain de 25 x 100 pieds, à côté du presbytère de Deschambault. Photo David VACHON
Cœur de mailles