Accueil / Arts visuels / À la découverte du nouveau pavillon Pierre Lassonde

À la découverte du nouveau pavillon Pierre Lassonde

De Ferron à BGL. Art contemporain du Québec est l'une des nouvelles expositions d'art contemporain du Québec. 22 juin 2016. Crédit photo : Jean-François Gravel.

Le pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est prêt à accueillir les amoureux et les curieux des arts. À l’ouverture imminente du nouveau pavillon, la fébrilité flottait dans l’atmosphère. Le projet du Musée d’avoir un espace hors de l’ordinaire dédié à l’art contemporain québécois se concrétise. BAZZART était présent à l’ouverture médiatique de ce 22 juin 2016.

« Quelle belle journée ! », s’était exclamé Pierre Lassonde, l’homme derrière le nom du nouveau bâtiment artistique, président du conseil d’administration du musée et philanthrope. Selon lui, ce pavillon a pour vocation de « faire rayonner nos artistes. »

En tout, 38 000 objets travaillés sur le sol québécois appartiennent au musée, mais seulement environ 600 d’entre eux sont présentés dans les salles. C’est pourquoi le MNBAQ renouvellera ses expositions tous les cinq ans.

L’art contemporain québécois à l’honneur 

Cet édifice bordé de terrasses extérieures est desservi exclusivement à l’art contemporain et actuel, soit de 1960 à aujourd’hui. Des œuvres d’art inuit de la collection Brousseau, de Ferron, de BGL, L’Hommage à Rosa Luxembourg de Jean-Paul Riopelle, The Flux and the Puddle de David Altmejd et une exposition pour la famille ne sont que quelques exemples de ce qui est maintenant à explorer.

Comment les choix artistiques se dessinent-ils ? Les conservateurs du Musée ont dû fouiller dans les 38 000 objets selon un axe de recherche précis. Ils se sont demandé comment occuper l’espace et faire ce qu’on ne pouvait pas faire auparavant, explique Annie Gautier, directrice des collections et de la recherche. Par exemple, dans le lot des 200 installations disponibles, 34 sont actuellement montrées dans les 9 salles.

Les œuvres monumentales ne sont pas toujours présentées puisqu’elles prennent beaucoup d’espace, ce qui en laisse moins pour celles appartenant à d’autres artistes. Selon Mme Gautier, dans le nouveau pavillon, « montrer ce qui n’est pas montré habituellement »  a guidé le choix de ce qui allait être exposé. Il est question de faire découvrir et offrir un lieu permanent à des œuvres en leur concrétisant une salle permanente, comme pour l’ « art déco » québécois. Mme Gautier raconte que c’est du « jamais vu » au Musée. C’est la même situation pour l’art inuit qui, pour la première fois, possède une « une salle dédiée avec la lumière du nord. »

Ces salles ont cette « idée de célébrer l’art québécois, l’idée de le mettre de l’avant et de le positionner comme quelque chose qui est autant de valeur que le bâtiment qui les contient », dit-elle avec enthousiasme.

Une architecture flamboyante

C’est d’abord l’espace blanc, clair et épuré qui pourrait séduire le visiteur. Conçu par le consortium d’architectures OMA (Office for Metropolitan Architecture) de New York, et Provencher_Roy de Montréal, les architectes avaient le mandat de construire un espace transparent et qui reflétait la lumière.

En effet, contrairement à l’idée des salles sombres que renferment généralement les musées, le pavillon Pierre Lassonde est composé d’une multitude de fenêtres qui ouvrent la porte à la luminosité et à la nature environnante. La mission des concepteurs était aussi de créer une expérience inédite.

Le nouvel édifice, situé sur la Grande Allée, accroît aussi la visibilité de la ville Québec. Il attire les regards, l’attention de Québec jusqu’à l’international grâce à son architecture moderne tout comme ses expositions éclatantes. De plus, grâce aux échanges d’œuvres d’art avec d’autres musées, les artistes québécois ont la possibilité de se faire connaître et cela permet de « mieux faire circuler les œuvres à l’extérieur de nos frontières », informe Mme Gautier.

C’est en 2001 que les premières études de projet pour un agrandissement sont réalisées. Quinze ans plus tard, soit le 24, 25 et 26 juin 2016, le MNBAQ tiendra des portes ouvertes pour visiter son nouveau pavillon.

Cœur de mailles